Saviez-vous que...?

Nous apprenons et retenons

 

• 10% de ce que nous entendons;

• 15% de ce que nous voyons;

• 20% de ce que nous entendons et voyons;

• 40% de ce que nous entendons, voyons et faisons;

• 80% de ce que nous expérimentons;

• 90% de ce que nous enseignons aux autres;

 

• Les francophones comptent pour 27,3% de la population du district du Nipissing;

 

• 25,6% des francophones ont indiqué avoir le français comme seule langue maternelle tandis que seulement 17% le parle le plus souvent à la maison;

 

•  18% de la population francophone de 15 ans et plus détient un niveau de scolarité inférieur à la 9e année;

 

• Au-delà de 11 000 adultes francophones du Nipissing lisent à un niveau inférieur à une 6e année, qui représente 26% de la population francophone;

 

• Si les francophones sont si bien représentés dans tout l'éventail des professions, deux domaines dominent néanmoins : les ventes et services et les métiers, transport et machinerie ;

 

• 53,7% de la population francophone a un revenu annuel de moins de 20 000$ ;

 

• 14% du total des argents consacrés à l'alphabétisation dans le Nipissing est dirigé vers les organismes francophones ;

 

• Moins de 1% des adultes francophones sont inscrits à un programme d'éducation pour les adultes;

 

• 38,5% des francophones ont 50 ans et plus.

 

 

• Une personne qui participe à des activités d’alphabétisation participe également à des activités pour « renforcer et étendre sa culture, ses savoirs et ses connaissances; mieux se connaître et renforcer sa personnalité; devenir plus autonome; mieux connaître et mieux s’adapter à son environnement et à la société. »¹

 

• Le fait d’être peu scolarisé entraîne des conséquences pour l’économie en général. On peut ainsi noter les résultats suivants :

 

« frein au développement des entreprises et de l’économie; frein à l’utilisation de nouvelles technologies et à la modernisation ; diminution de la productivité et des gains; diminution de la qualité des produits; augmentation du nombre d’accidents de travail et des coûts; augmentation des coûts de formation des ouvrières; augmentation des pertes et des bris d’équipement; augmentation des coûts reliés à la santé et à la sécurité au travail ».¹

 

• Le Bureau d’information du Canada (1999)² a effectué un sondage auprès des Canadiens peu scolarisés. En voici quelques résultats :

 

 

CARACTÉRISTIQUES DES CANADIENS PEU SCOLARISÉS

 

     Considérations générales:

• moins optimistes, moins sûr d’eux, réticents face aux changements.

• critiques par rapport à la performance des gouvernements.

 

 

     Besoins d’information

• désirent être informés mais ne savent pas toujours au sujet de quoi.

• mêmes priorités que les autres Canadiens, à savoir la santé, l’éducation et le chômage, mais peu au courant des mesures déjà prises.

• axés davantage sur les situations vécues au quotidien.

 

     Perceptions par rapport aux communications gouvernementales

• plus de difficultés à comprendre et à reconnaître l’origine des informations.

• ambivalents quant à la correspondance entre les informations reçues et la réponse à leurs besoins.

• incertains quant à la possibilité de pouvoir se fier entièrement à l’information transmise.

• contact moins fréquents avec le gouvernement du Canada.

• accent important sur les relais d’information (parents, amis, professionnels).

 

     Véhicules de communication

• forts consommateurs de télévision, considérée comme principale source d’information de toute sorte, particulièrement en soirée.

• craintes face aux nouvelles technologies de l’information, dont l’Internet.

• souhaitent être informés par la publicité gouvernementale, et ce, tant à la télévision que dans les imprimés.

 

 

 

 --

1. BÉLANGER Anne-Françoise et al., L’alphabétisation et les maladies mentales; deux réalités à conjuger. Une étude documentaire sur l’alphabétisation en tant qu’outil de réinsertion sociale dans le domaine de la santé mentale, Le Traversier, service d’entraide en santé mentale, mai 2000.

 

2. BUREAU D’INFORMATION DU CANADA, Enjeux et défis de communication auprès des Canadiens et Canadiennes peu alphabétisés, Gouvernement du Canada, septembre 2000.